S'inscrire
Accès client sécurisé
Vous avez oublié votre mot de passe ?

BAISSE DES VENTES DE VINS ET SPIRITUEUX A L'EXPORT AU 1ER SEMESTRE

18/09/2014

Cela n’est pas une surprise, cette baisse avait déjà amorcé au second semestre 2013.

Dans son communiqué de presse du 09 septembre 2014, la FEVS (Fédération des Exportateurs de Vins et Spiritueux) nous détaille les chiffres des ventes de ce 1er semestre.

 

  • Les chiffres

Le chiffre d’affaire des exportations de vins et spiritueux s’élève à 4.8 milliards d’euros, ce qui équivaut à une baisse de 7.3% par rapport au 1er semestre 2013.

La FEVS donne deux explications principales à ce recul des ventes : l’absence de reprise économique mondiale et le marché chinois toujours en baisse suite aux conséquences de la campagne anti-corruption lancée par le président.

On observe également une baisse des baisses des ventes en Europe mais avec des disparités importantes entre les pays, par exemple -20% pour le Royaume Uni et + 11% pour la Norvège.

Sur ces 4.8 milliards d’euros, le chiffre d’affaire des spiritueux représente 1.5milliards d’euros, soit une baisse de 9%,  à l’exception de la vodka qui connait elle une hausse de 2%.

Dans le secteur du vin c’est le champagne qui s’en sort le mieux (+8%) alors que les ventes de Bordeaux affichent une chute de 28%.

Il faut rappeler que comme le Cognac, les vins de Bordeaux avaient bénéficié d’une très forte progression ces dernières années.

 

  • Les perspectives

Malgré ce contexte défavorable, dans l’article « La Chine, un marché en voie de normalisation pour le luxe » publié le 14 septembre dans Les Echos, on peut lire que la consommation du luxe en Chine va continuer car il est estimé qu’entre 2010 et 2020 la population aisée va doubler et concernera 30% des ménages. De plus les touristes chinois dépensent beaucoup à l’étranger et représentent « 29% des achats de luxe au niveau mondial ».

En ce qui concerne le marché du Cognac, dans son article du Sud-Ouest publié le 15 septembre, Philippe Ménard rapporte les propos du nouveau président de l’UGVC Stéphane Roy « On reste assez confiant…La situation actuelle n’est pas comparable à celle de 1990, où l’on dépendait d’un marché, le Japon. » Il rappelle que le premier marché du Cognac reste l’Amérique du Nord plutôt amatrice de cognac VS, et d’ailleurs, selon la FEVS, « les perspectives de reprise aux Etats-Unis sont encourageantes ».

Pour le moment, l’augmentation du vignoble de 8000 hectares prévue par le business plan n’est pas  remise en question, cependant Stéphane Roy précise que « si on voit qu’on dérape, et c’est une volonté partagée par la famille viticole et le négoce, on recalculera la surface. »

Voir toutes les actualités

Contactez-nous

Recopiez
le code
Partenaires