S'inscrire
Accès client sécurisé
Vous avez oublié votre mot de passe ?

LES NOUVEAUX NOMS DE DOMAINE EN .VIN OU .WINE

30/06/2014

Tous les noms de domaine de premier niveau sont gérés par la société américaine ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers).

L’objectif de l’ICANN depuis 2012 est d’élargir ces noms de domaine, parmi lesquels il existe désormais les « .vin » et « .wine ». Or l’attribution de ces derniers fait l’objet d’un désaccord avec les représentants des viticulteurs européens.

 

  •  Les niveaux des noms de domaine

Dans une adresse internet, les domaines de premier niveau se situent après le point. Les plus connus sont .com, .org, .net … pour les génériques ou .fr, .be, .uk…pour les nationaux.

Les domaines de second niveau ou  sous-domaines se situent avant le point : allain-assurances.com 

Diverses organisations administrent et vendent directement ou indirectement les noms de domaine.

Stéphane Reynaud dans un article du Figaro publié le 25 juin dernier « Les vignerons français se mobilisent contre les noms de domaines en « .vin » et « .wine » » nous explique qu’en élargissant les noms de domaine de 1er niveau, l’ICANN veut « permettre à une communauté, une marque ou un territoire d’enregistrer une adresse web spécifique sur la base de son activité. » Par exemple : .book, .paris, .banque… De plus, l’ajout de noms de domaine résoudra également le problème de saturation des adresses. Le journaliste souligne que cette opération devrait également rapporter beaucoup d’argent.

Une société américaine Donuts Inc a présenté sa candidature pour acquérir le « .vin » et le « .wine ». Selon l'article "Donuts, maître chanteur du web" publié dans Le  Monde du  24 juin  par  Sarah Belouezzane, cette société investit dans l'achat des nom de domaine pour les revendre ensuite : "Donuts a récemment annoncé s'être porté candidat pour plus de 300 noms de domaines pour la somme de 57 millions de dollars."

 

  •  Les craintes des vignerons

Il n’y aura pas de protection des indications géographiques, d’où le risque de confusion pour les consommateurs : les nouveaux noms de domaines qui seront vendus aux plus offrants  pourraient être achetés par des personnes ou des entreprises voulant attirer des clients même s’ils n’ont pas de lien direct avec le vin proposé ou le secteur géographique. Ainsi, toujours dans le même article, le journaliste reprend les termes de Pascal Bobillier-Monnot, directeur de la Confédération nationale des producteurs de vins et eaux de vie de vin à appellations d’origine contrôlée : « Nous sommes face à un risque de détournement de notoriété ».

Sans compter que le nombre d’usurpations est en hausse et qu’il est très compliqué juridiquement de faire annuler un nom de domaine frauduleux enregistré dans certains pays.

 

  •  Absence d’accord entre la France et l’ICANN

 Lors du 50è sommet international de l’ICANN qui a eu lieu a Londres ce 24 juin, la secrétaire d’Etat chargée du  numérique, Axelle Lemaire, a demandé la suspension de l’attribution des noms de domaine en « .vin », tant que le désaccord sur la protection des appellations d’origine ne serait pas réglé : « Suspendons cette délégation du .vin tant que cette question globale n’est pas tranchée là où elle devrait l’être, dans une instance compétente ». Propos à lire dans « La France demande la fin des adresses en .vin » publié le 24 juin dans le Figaro.

Cependant, à la lecture du communiqué de presse du gouvernement publié le 26 juin,  il apparaît que les propositions d’Axelle Lemaire ont été refusées. Il appartiendra donc aux autorités françaises d’"examiner toutes les mesures et actions propres à assurer aux producteurs de vins d’appellation d’origine comme aux consommateurs la protection indispensable contre les abus sur internet ».

Dans cette déclaration, la France encourage également les autres pays européens à réfléchir sur une nouvelle gestion de l’internet « fondée sur la transparence, la redevabilité et l’égalité des parties prenantes » .

Une fois de plus,  ce sera à nous les consommateurs d’avoir du « nez » et du bon sens pour ne pas nous laisser abuser par les sites de certains tricheurs…

Voir toutes les actualités

Contactez-nous

Recopiez
le code
Partenaires