S'inscrire
Accès client sécurisé
Vous avez oublié votre mot de passe ?

LE TOUT CHIMIQUE REMIS EN QUESTION ?

10/03/2014

La France est la première utilisatrice de pesticides en Europe, la vigne en particulier a toujours été une grande consommatrice de produits phytosanitaires pour lutter contre le mildiou, la flavescence dorée… Cependant on constate une lente prise de conscience de la réalité des risques sanitaires pour tous.

 

  • Le rapport de Nicole Bonnefoy

Sénateur et Conseillère Générale de la Charente, elle a étudié l’impact des pesticides sur la santé de toutes les personnes en contact de près ou de loin, de par leur travail ou leurs lieux de vie…Son rapport  met en évidence le lien entre l’utilisation de ces produits et certaines maladies. Son rapport se conclut par une centaine de recommandations visant à se rapprocher du « risque zéro ». Elle avait été alertée par Paul François, un agriculteur charentais président de l’association "phytovictimes". Ce dernier étant lui-même rescapé d’une intoxication aigue au lasso, un herbicide aujourd’hui retiré de la vente. Monsieur  François a d’ailleurs gagné un procès contre son fabricant Monsanto et celui-ci a fait appel.

 

  • Des études inquiétantes sur la qualité des spermatozoïdes

Entre 1989 et 2005 une 1ère étude nationale portant sur 26000 hommes est menée par le Dr Joëlle Le Moal et l’Inv (Institut de Veille Sanitaire). Elle révèle d’une part la diminution constante de la concentration des spermatozoïdes, soit -1.9% par an, et d’autre part l’augmentation de ceux ayant une morphologie anormale, 40% env.  en 1989 et  60% env. en 2005.

Les résultats d’une 2ème étude portant sur le même échantillon viennent d’être communiqués. Le but était d’établir une carte avec les tendances pour chaque région, à voir sur l’article de Paul Benkimoun , publié tout récemment dans Le Monde. On observe une grande disparité et surtout que les régions agricoles sont les plus touchées, comme le Midi Pyrénées et l’Aquitaine qui possèdent le plus grand nombre d’exploitations agricoles.

 

  •  Produire autrement c’est possible

Conscients du danger que représentent les pesticides pour les hommes, pour l’environnement, l’appauvrissement des sols… nombreux sont les agriculteurs qui tendent aujourd’hui à limiter au maximum leur usage. Même s’ils peuvent être découragés par les contraintes de l’agriculture bio en terme de coût, de contrôles et de baisse de rendement, certains essaient avec succès, quelquefois après la perte d’un proche. A lire de nombreux témoignages dans l’article de Elisa Mignot « La chimie c’est presque fini » , publié dans Le Monde du 21 février dernier.

 

A la suite du Grenelle environnement en 2008, un plan Ecophyto a été mis en place afin de réduire la dépendance aux pesticides (fermes pilotes, formations…) Cependant, la baisse de leur utilisation  entre 2011 et 2012 annoncée par Stéphane Le Foll en décembre 2013 a été contestée par la suite. Elle était basée sur « des données obsolètes » selon Stéphane Foucart du Monde. Il nous explique dans son article du 19 décembre 2013, que certaines déclarations tardives des quantités écoulées par les distributeurs n’ont pas été prises en compte. Il faudra donc attendre l’année prochaine pour connaître la véritable tendance.

Voir toutes les actualités

Contactez-nous

Recopiez
le code
Partenaires